A la Dérive

A la dérive

Tami Oldham est Californienne, Richard Sharp est Anglais, leurs vies réciproques de bourlingueurs se croisent sous les cieux cléments et enchanteurs de Tahiti.
Leurs âmes en dérive ont traversé la moitié du globe pour venir se perdre au Paradis et rencontrer enfin l’amour auquel ils ne croyaient plus.

Après s’être plutôt bien rôdé sur le genre « film de survie » avec Everest (2015), Baltasar Kormákur nous entraîne à bord d’un voilier convoyé vers San Diego par le jeune couple fraîchement amoureux.
La croisière s’amuse allègrement au début du voyage, dans un bain d’amour presque puéril, mais bientôt un effroyable ouragan va croiser leur route et faire chavirer leurs vies.
Richard est très sévèrement blessé et Tami va devoir affronter seule l’extrême situation dans laquelle est est brutalement plongée : elle est dorénavant seule à la barre (ce qu’il en reste tout du moins), perdue au milieu de l’Océan Pacifique, à la dérive…

Inspiré par l’histoire vraie et le livre de Tami Ashcroft, Baltasar Kormákur a choisi Shailene Woolley (Tris dans Divergente) et Sam Claflin (Finnic Odair dans Hunger Games – L’Embrasement) pour interpréter les deux jeunes navigateurs amoureux et porter le difficile passé des personnages qui ont chacun fui une part sombre de leur existence, pour se laisser bercer par l’insouciance, le chant des sirènes et l’appel du Voyage, le plus loin possible de leur vies antérieures.

Partir, c’est mourir un peu, là, c’est mourir beaucoup…

La mer donne et prend comme bon lui semble, les éléments sous ses ordres peuvent se déchaîner comme être des plus idylliques, mais la force de la volonté et l’instinct de survie peuvent aussi réaliser des miracles…

 

S'abonner
M'avertir des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
error: