Crépuscule

Crépuscule sur le Lac d'Aiguebelette Découvrir la galerie 14 photos

Dans notre relation au temps, le crépuscule nous touche intimement, nous fascine, nous effraye.

Témoins passifs de la disparition inéluctable du soleil sous l’horizon, nous sommes rassurés, lorsque l’astre vénéré fait poindre son ultime rayon vert, parceque nous sommes encore en vie, et que dans notre petitesse face à ce géant de feu, nous sommes restés alors qu’il s’est éteint. Un sentiment de puissance et d’éternité pourrait nous envahir à ce moment-là, mais c’est aussi celui d’une peur profondément ancrée dans notre inconscient qui s’installe alors.
Ce qui fût n’est plus, et nous n’avons aucune idée de ce qui sera. L’horizon trace une ligne intangible de séparation entre aujourd’hui et demain, maintenant et après, et nous savons qu’il ne nous sera jamais possible de demeurer sur cette frontière.
Accepter d’être plongé dans l’obscurité, certes un temps seulement nous le savons, nous éclaire essentiellement sur l’impermanence des choses et sur notre condition de mortel.
Croire en l’existence d’un futur meilleur ou implorer un changement ne nous apportera pas plus d’espoir que d’imaginer changer ce qui est révolu ou de déplorer ce qui était mieux avant.

Le crépuscule n’est ni l’obscurité, ni la pleine lumière. Cet instant mystérieux et éphémère nous offre l’expérience singulière d’un entre-deux, d’un espace à la fois ténèbres et clarté, de mort et de renaissance. Toute notre existence prend sens à la jonction précise de ces antinomies, tous nos questionnements trouvent leur point de convergence, et peut-être leurs réponses, à la confluence de ces oppositions.
L’intemporalité de ce moment aussi fugace qu’éternel nous permet, si l’on se libère totalement de la velléité vaine de suspendre la course du temps, de nous affranchir de toute dimension terrestre, et de nous élever.

Etre ici et maintenant, laisser partir sans crainte de perdre ce que l’on retenait avant, accueillir les possibles avec sérénité, là est la vraie sagesse.

 

Photographies : © Régis Grand – Lac d’Aiguebelette (Savoie) 2017-2018

S'abonner
M'avertir des
guest
4 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mangeat D

Magnifiques Photo
A quand un jour d’orage avec le tempête
La poésie de ces images est sublime

Chalandon

Très agréablement surprise par la profondeur de ces textes.
Vraiment.
Je suis preneuse de cours sur comment faire un site comme le tiens.
20 ans après.

error: Ce contenu est protégé !