Photo de Famille

Photo de Famille

Les enterrements ont au moins la vertu de rassembler ce qui est épars au sein des familles.
C’est justement celui du patriarche d’une famille décomposée, qui va réunir les membres de sa descendance autour de sa tombe et les faire se rencontrer de nouveau.

Gabrielle (Vanessa Paradis) est aussi statique dans sa vie que dans son job. Elle vit seule avec son fils ado qui ne rêve que de quitter sa mère pour rejoindre son père qui ne s’est en fait jamais occupé de lui. Elle aimerait bouger, changer, se libérer de ses blocages dans la vie, mais s’interdit dans le même temps tout mouvement qui la ferait avancer. Elle se complait dans son job de statue vivante en amusant les touristes dans les parcs de Paris.
Elsa (Camille Cottin) est éducatrice spécialisée auprès des enfants en échec, et pleure chaque jour de désespoir son propre échec de ne pas avoir d’enfant elle-même, malgré son adorable mari à ses côtés.
Mao (Pierre Deladonchamps – sublime dans Plaire, aimer et courir vite) est créateur de jeux vidéo, adulte jamais sorti de l’adolescence qui alterne son addiction de gamer avec ses phases de dépression mélancolique.
Pierre (Jean-Pierre Bacri – vu récemment dans Place Publique) est leur père, divorcé, en chasse perpétuelle de l’éternelle jeunesse de ses compagnes dont il enchaîne les relations les unes après les autres, et voudrait quant à lui enfin se poser avec l’enfant que porte de lui sa dernière conquête.
Enfin, Chantal Lauby est Claudine, la mère de la première fratrie, psychiatre dans sa vie professionnelle, et dotée d’autant de délicatesse envers ses enfants qu’une mouche envers ses larves.
Reste la Mamie, qui a grillé la carte-mère et dont la famille ne sait pas quoi faire. Entre Ehpad et garde alternée, la vieille dame sénile se transforme en patate chaude bien encombrante.

Le tableau étant posé, on pourrait s’attendre, et les amorces sont pourtant nombreuses, à une certaine profondeur dans la psychologie de l’ensemble, à une extraction minutieuse d’un mal lointain qui expliquerait autant de mal-être chez chacun des membres de cette famille bancale, et leurs difficultés communes face aux sentiments. Il n’en est rien, Cécilia Rouaud a choisi de rester dans la légèreté, l’humour et parfois dans la caricature. Le film atteint son but : être drôle, ne pas trop bousculer les esprits doucement bercés par ce feel-good movie où tout le monde est beau, tout le monde est gentil, au fonds.

N’en reste pas moins un casting 5 étoiles qui sauve ce film mignon mais un peu trop aseptisé à mon goût, et qui permet un jeu d’acteur digne du savoir-faire français dans ce genre de comédie.

S'abonner
M'avertir des
guest
1 Commentaire
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] rebelle et virulente d’Alex (Pierre Deladonchamps – Plaire, aimer et courir vite, Photo de Famille), ils y élèvent leurs bêtes nourries des produits de leurs cultures. Ils ont banni tout recours […]

error: Ce contenu est protégé !